mardi 29 janvier 2008

Eboy!

Je sais pas trop pourquoi - mais là vraiment pas - mais Jacques-Serge le concierge a tenu à me rendre sa collection de Playboy. C'était difficile lui dire 'non merci' tant il avait l'air heureux de me donner 15 ans de mensuels embarrassants (1973 à 1988, pas un mois manquant - j'ai vérifié).

Aurais-je trop parlé de Wonder Woman avec lui?

Pour les "taches indésirables", il dit que je ne dois pas m'en faire, surtout pas, qu'il préfère lire intelligemment que de regarder compulsivement. Chaque revue est recouverte d'un plastique protecteur. D'après le site Ebay, la valeur de la collection s'élève à 1500$. J'ai averti Jacques-Serge que j'allais certainement la revendre. Il semblait un peu déçu de moi et de mon manque d'intérêt à l'endroit des publications de gauche. Mon concierge est un homme engagé, un peu particulier, inoffensif et qu'on adore comme il est.

5 commentaires:

Manoli Gratton a dit...

Monsieur Lemming je vous lis depuis maintenant plusieurs dizaines d'années mais c'est la première fois que je vous écris.

J'étais curieuse, avez vous vraiment suivit la résolution #30 de vos résolutions de la nouvelle année?

Merci

Johnny Lee Lemming a dit...

Bonjour chère Manoli.

Je suis très heureux d'entrer en contact avec une jolie lectrice qui me lit depuis si longtemps. J'imagine que vous avez commencé alors que je bloguais dans les p'tites annonces classées du journal étudiant.

La résolution numéro trente n'est pas une résolution comme tel. Il s'agit plutôt d'une petite blague insérée parmis une liste de résolutions concrètes que j'ai entrepris à réalisé dès le 3 janvier. Bien que plusieurs résolutions ne pourront être déclarées 'faites!' avant 2009, j'ai déjà complété trois ou quatre. C'est déjà bien. Enfin, c'est mon avis.

Gratton avec deux 't'. C'est très bizarre. Étrange. À moins que je souffre de jugement focal. Peu importe, à quoi bon passer autant de temps à réfléchir pour si peu de terminalité dans l'existance d'un homme comme moi, jeune soit, mais sensible aux perturbations de l'humanité.

Genre.

Andore LaVoix a dit...

j'ai mal au ventre, je sais pas quoi faire ?

Johnny Lee Lemming a dit...

Cher Andore,

j'ai, moi aussi, déjà eu mal au ventre. C'était en octobre dernier. J'ai même vomi, ce qui n'est pas drôle du tout, vous me suivez? Certaines personnes souffrent plus que d'autres quand est venu le temps de se tortiller en appuyant les deux mains sur le ventre. J'ai l'impression que vous faites parti de l'élite-martyr tant votre douleur est forte et que vous en ressentez le besoin de le partager ici dans cette tribune spécialement ludique. Enfin, tout cela n'est que supposition mais avouez, cher Andore, que ma version des faits est si proche de la réalité qui est vôtre que vous en tremblez de peur causée par l'incompréhension du phénomène ici présent dans le scribe. Bref, vous avez vraiment mal au ventre. À un point tel que vous songez peut-être rendre votre estomac à la micro-science que représente l'amputation d'un organe interne.

Ma technique pour gérer un tel mal, je l'ai peaufiné au rythme éffrèné des saisons voire des années. Incroyable n'est-ce pas? La vie est parfois bien surprenante, je vous le jure cher monsieur. Cette technique dont je vous parle requierera une patience et une rigueur exemplaire, parole de J.L. Lemming. La voici:

La technique parfaite peut générer des résultats variables mais néanmoins satisfaisants. Dans une maladie comme la vôtre, j'essaie de me changer les idées en regardant des films sympatiques (Star Trek Deep space nine par exemple) ou, mieux encore, écrire sur mon blog populaire que le grand Québec chéri énormément.

Andore, j'espère avoir répondu à toutes vos questions. Sur ce, buenos noches ami lecteur mystérieux..

Johnny Lee Lemming a dit...

Cher Andore,

j'ai, moi aussi, déjà eu mal au ventre. C'était en octobre dernier. J'ai même vomi, ce qui n'est pas drôle du tout, vous me suivez? Certaines personnes souffrent plus que d'autres quand est venu le temps de se tortiller en appuyant les deux mains sur le ventre. J'ai l'impression que vous faites parti de l'élite-martyr tant votre douleur est forte et que vous en ressentez le besoin de le partager ici dans cette tribune spécialement ludique. Enfin, tout cela n'est que supposition mais avouez, cher Andore, que ma version des faits est si proche de la réalité qui est vôtre que vous en tremblez de peur causée par l'incompréhension du phénomène ici présent dans le scribe. Bref, vous avez vraiment mal au ventre. À un point tel que vous songez peut-être rendre votre estomac à la micro-science que représente l'amputation d'un organe interne.

Ma technique pour gérer un tel mal, je l'ai peaufiné au rythme éffrèné des saisons voire des années. Incroyable n'est-ce pas? La vie est parfois bien surprenante, je vous le jure cher monsieur. Cette technique dont je vous parle requierera une patience et une rigueur exemplaire, parole de J.L. Lemming. La voici:

La technique parfaite peut générer des résultats variables mais néanmoins satisfaisants. Dans une maladie comme la vôtre, j'essaie de me changer les idées en regardant des films sympatiques (Star Trek Deep space nine par exemple) ou, mieux encore, écrire sur mon blog populaire que le grand Québec chéri énormément.

Andore, j'espère avoir répondu à toutes vos questions. Sur ce, buenos noches ami lecteur mystérieux..

Mini échantillon du lectorat de Lemming MTL